La Loirette, première bière artisanale de Touraine

Ludovic et Stéphane Hardouin produisent la bière la Loirette depuis quinze ans à Céré-la-Ronde, à l’est de Tours. Leur brasserie de la Pigeonnelle a lancé le brassage artisanal dans le département.

Entretien avec Ludovic Hardouin, brasseur de la Pigeonnelle.

On retrouve La Loirette dans les restaurants de Tours et dans les guinguettes de bord de Loire. Comment expliquez-vous ce succès ?

Ludovic Hardouin : Depuis deux ans, il y a un regain d’intérêt pour la bière artisanale. Il y a une explosion du nombre de petites brasseries sur le territoire. Un phénomène dû à la jeune génération plus amatrice de bière mais aussi à la lutte contre l’alcool au volant car la bière est l’un des alcools les moins forts.

Vous êtes parmi les premiers brasseurs artisanaux en Indre-et-Loire, comment l’idée vous est venue ?

Nous étions amateurs de bière mais pas brasseurs. J’étais cadre de production dans l’industrie automobile avant d’être embaucher avec Stéphane dans une boîte de négociant de bières artisanales française et belge. Nous vendions plutôt dans le Nord et en Bretagne.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La Loirette. Le logo a été dessinée par la maman de Stéphane et Ludovic. Il représente la maison du passeur sur le pont de Montrichard (Loir-et-Cher). « Nous avions l’habitude de passer devant le bâtiment étant petit », se rappelle Ludovic.

Et puis nous nous sommes lancés la fleur au fusil. Avec pour seul bagage, une semaine de formation pour amateur éclairés, au musée français de la brasserie à Saint-Nicolas-du-Port (Meurthe-et-Moselle).

Amener la bière sur un territoire viticole, ça semble un pari risqué ?

Nous avons galéré avec mon frère et mon épouse Sandra qui embouteille avec nous et s’occupe de la partie administrative de l’entreprise.

Nous cherchions un territoire où il n’y avait pas de brasserie et où nous avions des copains. Nous avons donc débarqué à Céré-la-Ronde, dans ce village le plus à l’est de l’Indre-et-Loire. Quand nous étions mômes, nous venions voir nos grands-parents pas loin d’ici.

On nous a pris pour des extraterrestres. Des brasseurs dans le pays du vin ! Ça ne marchera pas !

Nous avons lancé notre activité en novembre 2002 et sorti nos premières bières en juin 2003. Au début ça vivotait et en 2008, on a décollé. Nous écoulions 350 hL par an. Aujourd’hui, nous sommes à 1 500 hL.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

L’envie d’accroître la production ?

Nous ne visons pas un meilleur rendement. Au delà de 2 500 hL, c’est compliqué. Il faut répondre à la demande et on voit bien que beaucoup de petites brasseries n’ont pas le répondant.

Il faut savoir que nous ne vendons pratiquement pas dans les bars. Les grandes marques de bière négocient de bien meilleurs contrats que nous. Nous préférons assurer la commercialisation avec les restaurateurs. La moitié de notre production sert les restaurants de Touraine.

Puis 20 % de notre production s’en va à Paris, 15 % dans le reste de la France, et les derniers 15 % partent pour les USA, Hong-Kong, le Japon, l’Allemagne, la Norvège et l’Italie.

La Loirette, c’est un nom bien senti…

Oui, c’est consensuel et identifiable tout le long de la Loire. Et puis ça attire le touriste !

Et qu’a t-elle de particulier au goût ?

C’est une bière qui se boit ! Nous ne cherchons pas l’originalité au dépend du goût.

La Loirette est une blonde de 5,5°. Nous avons élargi la gamme en proposant une bière blanche surnommée la Chameau à base de blé, pour se désaltérer l’été. Nous servons également la Salamandre, une bière plus amère ; la Bière Nache, un mélange d’orge et de blé et la Pigeonoël, une brune d’orge et de seigle pour… Noël.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
D’ici 2020, la brasserie artisanale de la Pigeonnelle devrait récolté ses premières feuilles de houblon. En attendant, il vont venir la plante séchée d’Alsace.

Quels sont les projets en cours ?

Nous allons planter notre propre houblon ! La polyculture du houblon a quasiment disparu en France. Nous avons planté 50 pieds et espérons une première récolte en 2019, voire 2020 car le sol ligérien est argileux et plutôt délicat.

Texte et photos Paul PÉAN.

Brasserie La Pigeonnelle
10, rue de la ronde
37460 Céré-la-Ronde
www.brasserie-pigeonnelle.fr

02 47 94 28 22 – 06 75 00 22 11
ludovic.hardouin@brasserie-pigeonnelle.fr

Horaires d’ouverture :
Du lundi au vendredi, de 9h00 à 12h00 et de 14h00 à 17h00.
Les installations de la brasserie ne sont pas ouvertes au public.


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s